Logo WordPress 150

S’il y a bien une tâche que je repousse sans cesse pour mon blog c’est bien la mise à jour WordPress. Hébergé chez OVH je n’ai jamais réussi à faire une seule mise à jour automatique. Ne reste que la solution manuelle qui m’angoisse autant par crainte de planter le site que par l’apparente complexité de l’opération.

En fait ce n’est pas si compliqué que cela mais je m’en fais toujours une montagne car j’oublie d’une fois sur l’autre l’enchaînement des opérations et les outils à utiliser. Je crains surtout comme c’est arrivé au début de manquer une étape et de passer des heures de dépannage informatique, ce que je déteste par dessus tout.

Il y a bien des instructions sur wordpress.org mais elles font curieusement l’impasse sur deux ou trois précautions à prendre. La version détaillée quant à elle est… détaillée mais un peu trop pour pouvoir s’y référer à chaque mise à jour.

Bref, il est temps que je me fasse un aide mémoire que je puisse consulter facilement et pourquoi pas vous en faire profiter

Les précautions

Cela peut paraître évident mais on s’aperçoit souvent trop tard que l’on a oublié l’essentiel : les sauvegardes.

Il y a deux choses à sauvegarder sous WordPress avant de faire une mise à jour manuelle : la base de données contenant en particulier tous vos articles et le site en lui-même.

En fait il n’est pas nécessaire de sauvegarder l’ensemble du site car la partie « moteur » de WordPress peut être réeinstallée facilement. A minima il faudra au moins sauvegarder le dossier WP-Content et les fichiers sitemap.xlm et wp-config.php situés à la racine de votre site.

Pour plus de précaution et par simplification vous allez voir que je sauvegarde l’ensemble du site. Cela a au moins l’avantage en cas de galère de pouvoir tout remonter sur le serveur et de remettre une version fonctionnelle pour vos lecteurs.

En détail

1. Sauvegarder le site

Il suffit tout simplement de rapatrier l’ensemble de votre site en local à l’aide d’un client FTP. J’utilise Transmit que je trouve bien plus ergonomique que Filezilla (mais payant…). Vous pouvez aussi mettre en place une sauvegarde régulière à l’aide d’un outils de sauvegarde classique, la plupart permettent de sauvegarder via FTP. J’ai choisi Intego Backup Manager Pro qui est une version évoluée de l’outil proposé gratuitement avec les disques LaCie. Il me permet de faire toutes mes sauvegardes y compris le clonage du disque de mon Macbook. Vérifiez votre sauvegarde : le nombre de fichiers, la taille.

2. Sauvegarder la base de données

Le plus simple est d’utiliser les fonctions d’export de phpMyAdmin. Sous le manager OVH il faut aller dans la rubrique « Mutualisé » puis Hébergement. Cliquez sur le nom de la base de données en haut à gauche…

PhpMyAdmin 1

 

…puis sur l’onglet « Exporter ».

Renseigner les options d’export comme cet écran :

PhpMyAdmin 2

Cliquez sur Exécuter, le fichier est préparé et téléchargé. Selon les réglages de votre navigateur il peut vous demander l’emplacement d’enregistrement.

3. Désactiver les extensions

Certaines pouvant perturber la mise à jour il est préférable de tous les désactiver au préalable via le panneau « Extensions » dans l’administration de votre site. Relevez au préalable celles qui sont réellement activés, vous pouvez peut-être en profiter pour supprimer ceux que vous n’utilisez pas.

4. Télécharger la nouvelle version

Pour obtenir la version française il faut aller sur le site WordPress France. Le lien de téléchargement est en plein milieu de la page. Si vous avez fait une installation de la version en anglais (on sait jamais), ça se passe sur WordPress.org.

5. Préparer la nouvelle version

Pour éviter d’écraser le contenu du dossier wp-content qui contient en particulier les thèmes et les extensions, je supprime ce dossier de la nouvelle version avant de la télécharger sur mon site. En réalité, je conserve ce dossier pour vérifier ensuite si il n’y a pas de nouveaux fichiers qui devraient quand même être installés (nouveau thème par défaut par exemple).

6. Supprimer WordPress sur votre site, avec précaution

C’est une préconisation de WordPress.org que je partage totalement. On est jamais vraiment sûr de ce que fait le client FTP en matière d’écrasement de fichier et il va de toute façon conserver les fichiers distants qui nécessiteraient peut être d’être effacés.

Attention, il ne faut évidemment pas tout effacer sous peine de perdre une partie du contenu de votre site. Les fichiers à conserver sont les suivants : – Le dossier wp-content – Le fichier wp-config.php qui se trouve sur la racine – Le dossier wp-includes/languages si vous utilisez une traduction – Le fichier .htaccess si il existe – Les fichiers sitemap.xml et sitemap.xml.gz si ils existent (créées par un plugin SEO de type Google XML Sitemap) – Et de manière générale tout fichier personnalisé que vous auriez créé.

Ca doit ressembler à cela :

Transmit

7. Installer la nouvelle version

A l’aide de votre client FTP envoyez la nouvelle version (sans le wp-content) sur votre site.

Après le téléchargement, vérifiez si le fichier wp-config-sample.php ne contient pas des nouveautés qui doivent alors être intégrées à votre fichier wp-config. Ce n’est en général pas le cas, ce fichier évoluant très rarement. Si c’était le cas (migration vers la v3 par exemple) vous devriez refaire votre paramétrage comme si vous installiez un nouveau site (étape 3 sur WordPress.org) en intégrant vos paramètres de connexion au fichier wp-config-sample.php et en le renommant ensuite en wp-config.php.

Vérifiez également si le dossiet wp-content de la nouvelle version ne comporte pas quelques nouveautés, c’est très rare là aussi mais c’est par exemple le cas en v3 avec l’ajout du thème Twenty Ten.

8. Mettre à jour WordPress

Connectez vous à la console d’administration du site, wordpress terminera le travail en exécutant ses routines de mise à jour de la base de données. Cela n’est pas systématique pour chaque mise à jour.

Safari

9. Réactiver les extensions

En réactivant les extensions, c’est le moment de mettre à jour celles qui le nécessitent. Cette fois-ci la mise à jour automatique fonctionne parfaitement sur OVH

 

Je viens de tester, à priori cela fonctionne. Bonne chance…

flattr this!