Fujifilm X100S : de belles promesses

X100SSi vous me suivez sur Twitter vous n’avez pas pu échapper à mes élans enthousiasmés qui ont suivi l’annonce du Fuji X100S. Passées ces quelques réactions à chaud, il me semblait intéressant de passer en revue ces nouveautés (ici sur dpreview) en gardant la tête froide.

Lorsque Fuji a présenté son X100 en 2010 il a reçu un accueil élogieux. Il est vrai que le concept ne manquait pas d’audace : un capteur APS-C dans un boîtier compact, un look rétro (qui fera école), un viseur hybride et une optique 35mm f/2 très prometteuse. Malgré cela on pouvait s’interroger sur la carrière d’un appareil photo à objectif fixe au tarif plutôt élevé mais le coup de poker de Fuji a fonctionné et le X100 est vite devenu un objet de convoitise. Hélas sur le terrain, la réalité a un peu terni ce beau tableau avec plusieurs déconvenues : une réactivité à la ramasse, un AF poussif, une ergonomie fantasque, des soucis de fiabilité. L’attachement des propriétaires de X100 a leur appareil est cependant resté, des astuces ont permis de contourner ces désagréments et surtout, les mises à jour de firmware ont peu à peu corrigé la plupart de ces reproches. Aujourd’hui je peux dire que mon X100 me donne pleine satisfaction y compris au niveau des performances de l’autofocus qui reste dans la moyenne des compacts.

Fuji se devait cependant de réagir pour relancer la carrière du X100, les premières impressions restant souvent tenaces et les limites de l’optimisation par le firmware ayant été atteintes. On attendait alors un nouveau boîtier, déjà baptisé X200, mais Fuji a préféré conserver le boîtier actuel et changer le moteur. Si ce choix peut être décevant au premier abord, il est tout a fait logique : le succès du X100 est indéniablement lié à son aspect extérieur et bon nombre de photographes qui en possèdent un l’ont aussi choisi pour ça (même s’ils ne l’avoueront pas facilement). A tel point qu’il me paraîtrait difficile de me séparer de mon X100 pour le remplacer (par un XE-1 par exemple). En conservant le même aspect extérieur, les possesseurs de X100 vont pouvoir renouveler leur matériel sans avoir l’impression de se séparer de leur boîtier fétiche et les potentiels nouveaux acquéreurs seront rassurés par les améliorations de performance et d’ergonomie.

Fujifilm a conservé ce qui fait l’essence même du X100 : l’objectif 23mm f/2 (équivalent 35), le viseur hybride (avec un viseur électronique amélioré), les contrôles mécaniques, la construction solide. Par contre à l’intérieur tout est nouveau et ces modifications majeures devraient réellement améliorer l’utilisation au quotidien de l’appareil. On peut s’attarder sur les quatre principales :

  • le nouveau capteur X-Trans. C’est une version améliorée de celui des X-Pro1 et X-E1 et quand on connaît l’excellence des images de ces deux appareils on peut s’attendre à un résultat de très haut niveau.
  • le nouveau processeur EXR II. Il est là pour stimuler la réactivité globale de l’appareil. Les chiffres annoncés montrent une amélioration significative : temps d’allumage divisé par deux, cadence et nombre d’image en rafale augmentés, latence entre deux image réduite, utilisation des contrôles immédiates après une prise de vue (un défaut très très ennuyeux du X100 qui nécessitait d’attendre l’écriture des fichiers avant de pouvoir faire quoi que ce soit d’autre !), etc.
  • un nouvel autofocus plus véloce. C’est l’amélioration majeure attendue par tous, surtout dans les conditions de faible luminosité. Et pour cela Fuji a ressorti une de ces inventions (aujourd’hui reprise par d’autres fabricants comme Nikon sur sa série 1) qu’il avait mystérieusement cantonné à ses compacts de moyenne gamme depuis plusieurs années : le capteur à détection de phase. Il s’agit ici d’utiliser des pixels du capteurs pour une mise au point sur le principe de la détection de phase (utilisé par les réflex et ultra-rapide) en complément du classique détection de contraste (utilisé sur les compacts mais plus lent). Si les résultats sont les mêmes que sur les Nikon 1 (c’est bien la seule qualité que je leur trouve) ça promet d’être excellent. Fujifilm annonce une mise au point en 0,07sec contre 0,22sec sur le X100 sous bonne luminosité. Des performances qui semblent au rendez-vous si l’on regarde cette vidéo des FujiGuys. Il faudra évidemment confirmer tout cela dans des conditions de lumière plus faible.
  • une mise au point manuelle totalement remaniée. Autant le dire tout de suite, la mise au point manuelle sur le X100 est quasi inutilisable, la faute essentiellement à la bague de mise au point qui nécessite d’être tournée sur plusieurs tours pour parcourir toute la plage de focus. Le X100S a corrigé ce problème mais apporte également deux améliorations très intéressantes : le focus peaking et le split-image. Le focus peaking, popularisé par Sony sur ses Nex, permet d’afficher des liserés colorés autour des éléments qui sont dans le plan focal. Quant au split-image il s’agit d’afficher une zone (à l’écran ou dans le viseur électronique) qui se comporte un peu comme la zone de mise au point des appareils télémétriques. Les lignes droites apparaissent brisées tant que la mise au point n’est pas correcte et s’alignent lorsque le focus est fait. Le plus simple pour voir ces deux fonctionnalités en action est de se référer à la fameuse vidéo des FujiGuys mentionnées plus haut. Là encore il faudra tester l’efficacité sur le terrain de ces deux dispositifs car si le focus-peaking est déjà bien connu pour son aide efficace, le split image est une vraie nouveauté qui pourrait être l’outil idéal.

Au-delà de ces améliorations majeures, Fujifilm a écouté ses clients et apporté des réponses sur environ 70 points. Il s’agit essentiellement d’améliorations ergonomiques pour répondre aux bizarreries du firmware du X100 voire même de ces différentes commandes. Voici celles que je trouvais les plus gênantes et qui se trouvent corrigées :

  • la molette de compensation d’exposition a été durcie. Rien que ça mettra en joie tout possesseur de X100 qui doit systématiquement vérifier que la molette n’a pas malencontreusement tourné avant chaque prise de vue.
  • le bouton OK de la roue de sélection a également été revu. Il m’a fallu des mois pour m’habituer à celui du X100 et pouvoir appuyer dessus sans faire tourner la roue en même temps.
  • le sélecteur de mode AF a été modifié. L’ordre est désormais AFS-AFC-MF bien plus pratique pour passer du AFS au MF que celui du X100 pour lequel il fallait réussir à viser la position intermédiaire (AFS-MF-AFC).
  • Le bouton RAW a été rebaptisé Q et affiche le désormais classique Quick Menu déjà présent sur les autres appareils de la série X et permettant d’atteindre les principaux réglages. Les boutons AE et AF peuvent être personnalisés en plus de la touche Fn. Oublié la première version du X100 ou seul le bouton Fn était paramétrable.
  • la distance minimale de mise au point a été divisée par deux (50cm au lieu de 80 en OVF, 21cm au lieu de 40 en EVF). C’est une bonne nouvelle surtout pour le viseur optique que l’on ne pouvait utiliser pour un portrait rapproché.
  • le mode auto-ISO que j’utilise déjà beaucoup car vraiment bien implémenté a encore été amélioré : possibilité de choisir 6400ISO et activation directe via le réglage ISO.
  • enfin il y a une foule d’autres améliorations qui me sont moins utiles mais qui semblent intéressantes : le mode vidéo est désormais aux standards (1080p à 60i/s avec AF par détection de phase), l’histogramme live en mode MF, des nouvelles simulations de film, la possibilité de déclencher au format carré, un revêtement sur la fenêtre du viseur qui ne prends plus les vilaines marques de doigt, la trappe de la batterie redessinée pour éviter de la mettre à l’envers…

Le X100S devrait être disponible en Mars pour un prix situé autour de 1100 euros (le prix de lancement du X100). Un tarif que l’on peut juger très élevé mais que Fuji peut se permettre de justifier par les innovations technologiques mais aussi par la demande du public : à ce prix il devrait très bien se vendre . D’autant plus qu’il présente des atouts par rapport à ses grands frères dépourvus de ces nouveautés. Il est clair que ces nouveautés ne vont pas se retrouver tout de suite sur le X-E1 sous peine de voir le X100S cannibalisé par un X-E1 qui offrirait les mêmes performances avec des objectifs interchangeables pour un prix « à peine » plus élevé. Le cas du X-Pro1 est différent car il est sur le marché depuis plus d’un an maintenant et son tarif et son positionnement n’entrent pas en concurrence avec celui du X100S. J’imagine bien une mise à jour dans quelques mois selon le même principe, un X-Pro1S.

Pour ma part, très tenté depuis quelques semaines par le X-E1, j’avoue que ce X100S change pas mal la donne. Je ne souhaite de toute façon pas me séparer de mon X100 qui me suis partout au quotidien : le changer pour un X100S me permettrait justement de ne pas réellement m’en séparer. Au contraire, les améliorations me permettraient de le rendre encore plus polyvalent (en particulier pour les scènes de rue qui « bougent ») et j’ai de toute façon mon réflex pour tout le reste. Dans ce cas je reporterai à plus tard (ou à jamais) le passage au X-E1 lorsque celui-ci sera mis à jour et que mon compte en banque me le permettra (d’où le « à jamais »). J’avoue que le dilemme est total et je ne pense pas être le seul dans ce cas.

Au final Fujifilm nous offre de belles promesses avec ce Fuji X100S. Des promesses qui devront être tenues sur le terrain car Fujifilm n’aura pas droit à un troisième essai : le capital sympathie du X100 auprès de nombreux photographes est son allié pour le moment mais le X100 que l’on pouvait considérer comme un galop d’essai pour la série X est maintenant attendu par le public sous sa version X100S avec beaucoup moins d’indulgence. Le X100S sur le papier est un appareil fantastique, il devra l’être aussi dans les mains des photographes. J’y crois, car Fuji montre sa volonté de bien faire, d’innover et d’écouter ces clients : une attitude qui finit toujours par payer.

14 réponses sur « Fujifilm X100S : de belles promesses »

Encore un beau jouet signé Fuji mais ça sera sans moi. Même si mon X100 est au chou comparé à ce X100s, je m’y suis habitué, je l’aime bien et ce, malgré ses défauts.
Bon, j’avoue aussi que ce n’est pas ma priorité d’un point de vue Budget, préférant plutôt loucher sur d’autre jouets optiques avant de m’offrir un nouveau Fuji !

Oui je comprends ta position, c’est vrai que je me suis habitué aussi à mon X100 tel qu’il est.
Je crois que le plus sage est d’attendre que l’effet d’annonce retombe, surtout que moi aussi je vais devoir me concentrer sur ma gamme d’objectifs qui est vieillissante. J’ai un 28-70 f2.8L qui à plus de 15 ans et je vois bien qu’il commence à être à la ramasse sur mon 5DII, mais là encore c’est pas un budget négligeable.
Bon je retourne jouer au Loto 😉

J’avais déjà très envie de me payer le X100 j’avoue qu’avec ces évolutions le 100s me pousse juste à me demander comment je vais pouvoir le financer…
Merci pour cet article récapitulatif !

Merci pour le condensé d’informations que l’on trouve dans le désordre sur le web.
M’étant séparé de mon X100 pour des problèmes de rapidité d’AF, je dois avouer que s’il tient ses promesses, ce X100S m’emballe bien.

J’hésite aussi avec le X20, plus léger, peut-être plus polyvalent aussi …

Bref, vive Fujifilm !

Merci pour cette excellente synthèse de l’article de DPReview. J’espère qu’à l’usage, ce sera aussi reluisant que ce que cette annonce laisse espérer.
Quelqu’un aurait-il des infos sur le crantage de la bague de diaph? J’aimerais qu’elle soit crantée au 1/3 des valeurs, comme cela avait été le cas lorsque les objectifs Fujinon X sont sortis.

Et oui DPreview est incontournable pour avoir des infos de première main 😉
Concernant la bague d’ouverture je crains qu’ils n’aient pas modifié le système : la bague incrémente de 1IL et il faut jouer avec la petite molette (appelée touche de commande dans le manuel) pour avoir les valeurs intermédiaires par incrément de 1/3.

Bonjour,
bravo pour cet article qui est bien écrit tout comme le reste des articles des votre site.

Il est certain que le nouveau X100s sera meilleur que le X100 premier du nom, le contraire serait un suicide commercial. Cependant la véritable question est de savoir pour les possesseurs actuel du X100, si ce nouveau modèle va apporter un souffle nouveau a leurs photo.

Je n’en suis pas si sur, l’essentiel étant déjà dans les gènes du X100, un boitier discret construit autour d’un capteur qui gère bien le bruit, desservi par une optique lumineuse qui donne des images détaillées.

Bien sur ceci ne lève rien aux défauts réel d’ergonomie de logiciel d’interface relevés sur le X100 mais ceux ci n’ont rien de rédhibitoire, quand a ceux relatif a l’autofocus une fois intégré le fonctionnement de la détection de phase, je n’ai pas plus de raté qu’avec le 5D ou même le 7D.

Non, la véritable question pour un possesseur de X100 est de savoir s’il y a urgence a changer de boitier qui fait déja bien son boulot, a chacun de voir.
Pour celui qui ne possède pas encore de X100 la question du X100S ou du X100 occasion reste également d’actualité car le différentiel de prix, du simple au double, reste important.

Le X100s ne transformera pas le possesseur d’un X100 en un meilleur photographe.

cdlt
Maxip

Merci pour votre passage sympathique.
Savoir s’il faut adopter les nouveautés est toujours difficile à trancher. C’est vrai pour tous les modèles d’appareil. Je crois que cela dépend aussi du type d’utilisation que l’on en fait car certains défauts anodins pour certains peuvent être plus problématiques pour d’autres.
Je possède également un 5DMkII qui me convient parfaitement aujourd’hui et je n’ai aucune intention de la changer pour un MkIII car comme vous le dites, cela ne changera pas ma façon de photographier avec cet appareil.
Concernant le X100, c’est un peu différent. Car si les défauts d’ergonomie ne me gênent absolument pas (plus) au quotidien, la faible réactivité de l’AF et l’impossibilité d’utiliser la MF m’ont fait manquer pas mal de photos lors de mes essais de portraits sur le vif. J’ai dû m’adapter en évitant certains sujets qui sont difficiles à faire avec le X100 tel qu’il est actuellement. Donc s’il me donne pleine satisfaction sur beaucoup de points (c’est l’appareil auquel je suis le plus attaché de tous ceux que j’ai pu avoir), je pense que le X100S me permettra d’aller plus loin et d’explorer d’autres types de photos avec encore plus de plaisir.
Mais comme je le disais plus haut, c’est un avis tout personnel qui correspond au type de photo que je souhaite faire avec et je suis complètement d’accord avec vous : les nouveaux acquéreurs devront faire le pour et le contre d’un X100 d’occasion ou d’un X100S en tenant compte de leurs réels besoins.

Répondre à Jalil Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.