Que reste-t-il de Naples ? (1/2)

Je ne suis allé à Naples et dans sa région il y a deux ou trois ans. À mon retour, je n’avais pas montré mes images ni écrit mes impressions. Plusieurs mois sont passés et j’avais envie de me replonger dans ces photos pour les confronter à mes souvenirs. En me replongeant dans cette série, c’est aussi l’occasion d’avoir un regard plus détaché sur ces images, la sélection et le traitement que je leur avais réservé.

Je laisse souvent mes photos reposer avant de les traiter. Lorsque je reviens d’une sortie ou d’un voyage, j’ai rarement envie de me jeter sur Lightroom pour les traiter. Développer les photos n’est pas ce que je préfère. Une fois passée l’excitation de la prise de vue, la motivation me quitte et les images restent sur la carte mémoire. Lorsque je reviens d’un voyage, le phénomène est amplifié. Le grand nombre de photos m’oblige à passer par une étape de tri assez fastidieuse. Il faut ensuite traiter les dizaines de photos sélectionnées et cela peut prendre plusieurs heures. Ainsi, le temps passe et il arrive que mes photos de voyage restent dans mon catalogue Lightroom telles quelles, parfois triées et dans le meilleur des cas partiellement traitées.

Allons voir ce qu’il en est pour mes photos de Naples. J’ouvre Lightroom. Les photos sont archivées, car c’était en 2014, et non 2015 comme je le pensais (je ne conserve sur mon Mac que les photos de l’année en cours et de l’année précédente, les années antérieures sont archivées sur le NAS).

Le dossier ‘2014-08 – Naples’ contient 329 photos. Pour deux semaines de séjour, vous pensez certainement que c’est peu. Je ne suis pas un serial shooter. Même en vacances, il peut m’arriver de passer des journées sans photographier, selon l’envie. J’aime parfois profiter des lieux simplement avec mes yeux et ne pas penser photographie 24/24.

Le dossier s’ouvre sur cette photo :

La surprise est de voir qu’elle est marquée d’un drapeau. Cela voudrait dire que je les avais triées. Filtrons sur les images retenues pour évaluer mon choix. Il y a 38 images. D’emblée, j’en vois certaines qui ne méritent pas d’être dans cette sélection. En fait, je crois que je vais devoir refaire mon tri pour vérifier si mes choix sont les mêmes près de trois ans plus tard. Une nouvelle passe de tri m’a fait ajouter une quinzaine d’images. En regardant ces photos, plusieurs réflexions s’imposent sur ma façon de photographier, mais aussi de traiter mes images :

  • Il y a beaucoup trop de photos au format vertical. Ce format, peu pratique pour le web, est de moins en moins produit. Nous sommes de plus en plus formatés à voir des images horizontales. Ces photos en mode portrait me paraissent étranges. Je ne sais pas trop quoi en faire.
  • Il y a encore beaucoup trop de photos du même sujet, comme si j’avais absolument besoin d’assurer. Alors que certains sujets ne méritaient même pas un déclenchement, j’ai mitraillé 5 ou 6 images dont aucune n’a vraiment d’intérêt.
  • J’avais traité une partie de mon premier tri et je dois dire que certaines me font mal aux yeux. C’était l’époque où je découvrais les packs VSCO Film et j’en ai clairement abusé. Autourd’hui je les utilise moins et m’en sers plutôt comme source d’inspiration ou comme base pour un traitement personnalisé. Ici, tout est à reprendre.

Voici quelques exemples d’images que je n’oserais pas montrer ainsi aujourd’hui. Bon, vous n’allez pas y échapper, mais c’est juste pour l’exemple :

Il y a aussi le cas de cette photo du village de Positano, à quelques dizaines de kilomètres de Naples, sur la côte amalfitaine :

Ça pique. Ça pique, mais cette fois-ci, c’est délibéré. Avec cette vue, j’avais envie d’expérimenter un phénomène que j’appellerais le « traitement à clics ». Abonné à 500px, j’avais remarqué il y a quelques années, le goût pour les photos de paysage sur vitaminées. Les contrastes poussés, les images saturées, le curseur de netteté à 100% : voilà les ingrédients qui pouvaient faire d’une image ordinaire une image relativement populaire sur 500px. Mon expérience a pu le démontrer, c’est une de mes images qui a rencontré le plus de succès.

Ce phénomène est un peu moins vrai aujourd’hui sur 500px. D’ailleurs, le système de Pulse n’est plus mis en avant par le site, se contentant d’afficher les coeurs attribués. Les photos les plus populaires me semblent plus variées dans le style et dans la nature des traitements.

J’ai donc retraité toutes les images issues de ce nouveau tri (sans utiliser VSCO cette fois-ci) et élagué encore quelques photos pour avoir une sélection plus légère. Je vous les proposerai dans la deuxième partie, un article sur mes impressions à venir très prochainement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.