Plein cadre

Dernier des trois actes de ma série « J’ai photographié des gens« . Si vous m’avez suivi jusqu’ici, vous connaissez déjà mes difficultés à photographier des gens. Mes premières tentatives étaient de loin et loin d’être convaincantes. J’avais alors pris conscience de la nécessité absolue de s’engager réellement vers ses sujets ce que j’avais essayé de mettre en pratique lors de ma « Tentative de rapprochement« .

Comment ne pas photographier de dragons au défilé du Nouvel An Chinois

Les journalistes appellent ça un marronier, les photographes un rendez-vous incontournable à Paris : le défilé du Nouvel An Chinois. Pour la seconde année je suis allé dans le XIIIème arrondissement en quête de jolis clichés de dragons, costumes, tambours et autels à offrandes. Mais cette fois-ci avec un petit doute sur l’utilité de ces photographies et me demandant s’il n’y avait pas mieux à faire. Arrivé après 14h, les circonstances m’ont un peu aidé dans ma démarche du nouvel an chinois « 100% sans dragons ».

Tentative de rapprochement

Un mois s’est écoulé depuis mes premières tentatives de photographie de rue. Ou plutôt mes premières tentatives de photographie de gens. J’avais alors évoqué la principale difficulté de ce genre photographique : l’engagement. Car photographier des gens, nécessite de s’approcher physiquement pour pouvoir capter leur regard, leur expression. (j’exclue complètement l’utilisation d’une focale longue qui donne aux images un air de photo volée). Et ce rapprochement physique entraîne inévitablement un rapprochement humain, la principale source d’angoisse des gens réservés. Cette peur est inévitable : peur de déranger, peur du contact avec des inconnus, peur de devoir s’expliquer et surtout peur du potentiel conflit.

Le vignettage ne passera pas l’hiver

J’ai commencé à photographier il y a déjà pas mal d’années et comme tout jeune photographe débutant dans la vie active acquérir du matériel au meilleur rapport qualité/prix était primordial. En ce temps (je suis en mode vieux qui raconte sa vie, mais c’est juste pour l’introduction), internet n’existait pas encore et avoir des informations fiables sur le matériel disponible était autrement plus compliqué qu’aujourd’hui.

Le touriste et l’opportuniste

Bandeau Etretat

C’est un peu toujours la même histoire. Lorsque je pars en weekend, en vacances ou simplement passer une journée dans un endroit que je ne connais pas, le photographe que j’essaie de devenir se transforme illico en touriste. Et en tout bon touriste qui se respecte, je commence par photographier ce que chacun voit au premier regard. Ces images sont les mêmes que celles que l’on peut trouver par centaine sur internet. Elles ont pour seul intérêt personnel de dire “j’y étais”. Evidemment je prends aussi des photos de mes amis ou de ma famille qui m’accompagne et ça ce sont les vrais souvenirs. Mais photographier le port de Honfleur a-t-il un quelconque intérêt à postériori : elles vont juste vous rappeler que c’est joli le port de Honfleur mais à vrai dire ces photos risquent de barber les gens à qui vous les montrerez et finiront par encombrer votre disque dur.

J’ai photographié des gens !

S’il y a bien un type de photo pour lequel je suis complètement nul c’est bien la photo de portrait. Plus généralement photographier des gens me paraît une chose très compliquée. Ma nature réservée y est certainement pour beaucoup mais il est aussi vrai que le résultats de mes différents essais m’ont convaincu que ce n’était pas mon truc. Même lors des réunions de famille, alors que tout le monde attend que je fasse le job étant officiellement catalogué comme le photographe de la famille, j’ai toujours une petite (et souvent grande) déception quand je vois le résultat.

Le Mobile Art de Zaha Hadid dévoile ses formes

J’ai déjà parlé de Zaha Hadid, cette architecte anglo-irakienne qui exposait une partie de ses travaux à l’Institut du Monde Arabe (IMA) jusqu’au 31 octobre. J’avais apprécié tout autant les maquettes présentées que le pavillon qui l’accueillait : le Mobile Art. Cette structure avait été conçue pour Chanel par Zaha Hadid sur une idée de Karl Lagerfeld en 2007. Il s’agissait de créer un objet itinérant pour des expositions temporaires d’art mais aussi la promotion des produits de la marque. Le Mobile Art a été présenté à Hong Kong, Tokyo et New York mais en 2009, Channel décide d’interrompre son coûteux voyage par “décence” vis à vis des nouvelles conditions économiques mondiales. Le Mobile Art est donc mis de côté jusqu’en 2010, date à laquelle Channel en fait don à l’IMA. Après quelques mois de rénovation, il est donc installé définitivement sur le parvis et va être utilisé pour des expositions temporaires.

Comment faire de belles photos

Dans l’émission Photo for Life diffusée récemment sur Arte, un des exercices lancé par Oliviero Toscani avait pour thème la Beauté. Il proposait à ses élèves de dénicher la beauté en tout lieu et surtout là où on ne pense pas la trouver. Evidemment, la beauté est une notion abstraite et donc très subjective. On peut trouver cette définition qui me plait assez bien : « l’objet d’une manifestation sensorielle procurant un plaisir ou une satisfaction ». Parce qu’elle fait appel à notre système sensoriel et affectif, la beauté sera perçue par chacun de manière très différente. Mais, même s’il est difficile de définir tous les critères qui font une belle  photo, il existe des images qui peuvent faire une sorte de consensus. Parcourez par exemple les photos les plus populaires de 500px et vous aurez un échantillons d’images que l’on peut qualifier de belles. Oui ce sont de belles photographies, mais…

J’aime photographier le Jeudi

Quand on est simple photographe amateur on doit se contenter de ses temps libres pour photographier. Le soir, les weekends et pendant les vacances. Mais il se trouve que votre temps libre correspond également à celui de la majorité des gens et les foules se retrouvent concentrées dans certains lieux : les rues, les jardins, les commerces et plus généralement tous les sites touristiques. Cela influence forcément les photos que vous pouvez faire de ces lieux publics.

Photo For Life : Arte dépoussière la photographie !

Photo for Life

La photographie est le centre d’une série de 5 émissions qui a débuté ce soir sur Arte : Photo for Life. Ici plus question de traiter la photo sous sa forum historique comme la chaîne le fait souvent mais sous une forme plus vivante : un cours de photographie en cinq jours pour six jeunes photographes. C’est Oliviero Toscani, le célèbre photographe italien auteur en particulier des affiches Benetton, qui a la charge de diriger cette master class. Les six photographes (deux français, trois allemands et un autrichien) ont été sélectionnés parmi des milliers de postulants. Autant dire que ce ne sont pas des débutant. il siffit de voir les travaux qu’ils ont déjà produit, par exemple les photos d’un des candidats français, Mathieu Chenneby. Chacun de leur book est de toute façon visible sur le site de l’émission.